Blogue

Les maths, c’est du sport

Voilà, le cours est bien entamé, 20 minutes se sont déjà écoulées lorsque soudainement Frédérique lève la main. J’espère que vous aurez reconnu Frédérique, mon élève fictive préférée.

 

« Oui, il y a quelque chose que tu n’as pas compris, Frédérique? Est-ce que je suis allé trop vite ? »

« Non, non, c’est juste une question, mais ça pas vraiment rapport. »

 

Bon, qu’est-ce qu’elle va me sortir encore ?

 

« Ouin , vas-y quand même Frédérique – maintenant que tu as toute l’attention du groupe, on t’écoute. »

« On va tu avoir un devoir ? »

 

Je prends une petite pause en me demandant, avec une expression perplexe sur mon visage, quelle sera sa prochaine question, car elle connaît très bien ma réponse.

 

«Ben oui, Frédérique, tu le sais très bien. Comme à chaque cours. Rassure-moi là, tu ne m’as pas interrompu seulement pour ça ? »

« Non, non, mais debord, demain on peut tu avoir un cours relax ? Genre écouter un film ou jouer à des jeux ? Au pire, il y en a des films avec des maths dedans ? Les jeux de cartes, c’est plein de probabilités ça ? Pis les probabilités, c’est des maths, non ? »

 

Est-ce qu’elle a vraiment dit « Au pire… » ? Ouf !!! Respire mon Dom, respire… On a toujours un ou une élève comme ça dans nos classes qui sait toujours sur quel bouton peser pour nous faire décrocher et nous faire perdre nos moyens. C’est un peu comme nos enfants, mais avec les couches et la pression des grands-parents en moins ! Mais ça, c’est un autre sujet.

 

Une fois que je me suis remis de mes émotions et que j’ai remis mes idées en place (ce qui m’a paru une éternité), je lui réponds, stoïque, froid comme du marbre, du moins j’essaie, sur un ton assez autoritaire et en contrôle :

 

«Tu sais, Frédérique, je crois que tu as raison. On pourrait avoir beaucoup de plaisir en regardant des films ou en jouant à des jeux. Mais, à la fin de l’année, lors de ton examen récapitulatif du Ministère, il est possible que tu sois fâchée après moi et que le lendemain tu viennes me voir « crinquée » et que tu me lances à la figure (en t’assurant que tous tes amis soient là pour te voir et t’entendre) quelque chose du genre : « Ben tsé, hier, dans l’examen, y a plein d’affaires qu’on n’avait jamais vues… Faqueeee !». Alors, je pourrais te répondre : «  Mais Frédérique, rappelle-toi comment on a eu du plaisir en regardant la trilogie du Seigneur des anneaux (même s’il n’y a pas grand-maths là-dedans) et puis les films du Hobbit. Rappelle-toi ensuite la semaine intensive que nous avons passée à étudier les probabilités en jouant à un nouveau jeu de cartes à chaque cours. Rappelle-toi à quel point on a eu du plaisir ! »

 

Maintenant qu’elle est sans mot et que les autres la regardent avec un air de désapprobation – je dirais même presque de soulagement- je décide d’enchaîner et d’enfoncer le clou encore un peu plus. Quoi ? Elle voulait l’attention du prof et se montrer devant le groupe… Ben c’est ça que je lui offre.

 

« Tu sais, Frédérique, c’est exactement pour ça qu’on ne regarde pas de film. Il y a des cours où le visionnement d’un film peut être approprié et même fort utile, mais en maths ça ne s’y prête pas vraiment. C’est parce que je vous apprécie et que je tiens à votre réussite qu’on n’écoute pas de film. Crois-moi, j’adore enseigner, mais ça serait tellement plus facile de regarder des films. »

 

Je crois que là, je l’ai vraiment achevée. Mais, comme je suis un tortionnaire sans scrupule, je vais en ajouter encore une petite dose, mais cette fois concernant les devoirs.

 

« Tu sais, c’est pour ces mêmes raisons que je vous donne des devoirs. Les devoirs ne sont pas des punitions. Même si plusieurs d’entre vous croient que je me fais un malin plaisir à vous donner des devoirs et à vous regarder souffrir en les faisant, ce n’est pas du tout le cas, bien au contraire. Plusieurs parmi vous font du sport et même quelques- un font du sport de haut niveau. Est-ce que vous êtes aussi bons maintenant que lors de votre première fois ou de votre première saison ? J’espère que vous vous êtes améliorés un peu, au moins ? Lors de vos entraînements, peu importe le sport, ce que vous faites c’est d’innombrables répétitions, vous répétez un geste ou une technique et ensuite vous les répétez encore et encore. Est-ce que vos entraîneurs font cela pour vous punir ? Bien sûr que non. Il y en a peut-être également parmi vous qui jouent à des jeux vidéos. Est-ce que vous réussissez toujours tous les niveaux du premier coup ou bien vous réessayez encore et encore jusqu’à ce que vous soyez meilleurs et que vous réussissiez le niveau? Et bien, c’est la même chose pour les devoirs, ça vous permet de vous améliorer, de devenir meilleur, de maîtriser le concept. Ça vous permet donc de pouvoir passer au niveau suivant ! »

 

« Alors, j’espère qu’à l’avenir, vous allez apprécier qu’on n’écoute pas de film et qu’il y ait un devoir à chaque cours, car ça signifie que je tiens à vous et que j’ai votre réussite à coeur. »

Dominic Paul

31 janvier 2019 par Collège François-Delaplace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *